Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Collision de galaxies *

Comment est né le mythe de la France "terre d'accueil", "terre d'asile", "terre d'immigration" etc.

Collision de galaxies
Comment est né le mythe de la France "terre d'accueil", "terre d'asile", "terre d'immigration" etc.

Nous aurons les mêmes conditions de vie que le Tiers-monde dans quelques générations, voire plus rapidement encore, en raison de la concurrence internationale et l’absence de politique protectionniste.
De plus, nous aurons le Tiers-monde à domicile avec l’accueil de migrants innombrables.
Macron a paru battre Marine le Pen lors du débat sur la question du protectionnisme, et pourtant la France a déjà pratiqué le protectionnisme à diverses époques.
L’histoire montre que les grands milieux d’affaires y sont souvent hostiles comme ils le sont aux révolutions populaires, qu’ils cherchent à éviter par tous moyens y compris les plus perfides (en l’occurrence, en créant des problématiques internationales pour éclipser les problématiques nationales) lorsqu’ils peuvent influer sur le pouvoir.

Des textes des Nations-Unies ratifiés par la France sont invoqués devant nos juridictions dans les contentieux migratoires, mais ils le sont souvent combinés avec la CEDH, notamment l’article 3. Ils servent à permettre l'immigration massive.
Les juges ont l’obligation de faire primer les textes internationaux. Les partis patriotes ont généralement préconisé le renversement de cette hiérarchie des normes au profit des textes nationaux, un renversement lourd de conséquences pratiques et qui demanderait un temps d’adaptation pour les acteurs de la vie économique et sociale, mais on n’a rien sans rien…
Il existait une véritable alternative politique et elle se trouvait là, indéniablement.
La CEDH, texte datant de 1950 comme beaucoup d’autres des Nations Unies sont de cette époque (convention de Genève : 1951 par exemple), permet aux Etats-Unis d’intervenir comme « gendarmes » du monde en Afrique, au proche-Orient etc. en faisant subir les conséquences humanitaires de leurs actes aux Etats européens, qui se sont soumis aux lendemains de la seconde guerre mondiale et qui sont les plus naturellement exposés à des flux migratoires intenses quand la situation est déstabilisée dans ces pays.
Des « parasites » en profitent pour se glisser dans la masse, djihadistes, migrants économiques, qui ne sont pas de vrais réfugiés.
Une fois qu’ils sont entrés en France, bien qu’ils ne soient pas réfugiés, on peut très difficilement les expulser à cause de la CEDH qui, contrairement aux textes des Nations unies, ne rend débiteurs de la solidarité internationale que les pays européens !
Les Etats-Unis propagent ainsi une idéologie séduisante, les droits de l’homme quel qu’il soit, ce qui contribue à leur prestige, mais sans subir la plupart des conséquences qu’implique cette générosité universalisée.
Eux, en effet, ne sont pas confrontés aux mêmes difficultés, en grande partie en raison de l’éloignement géographique du continent américain. Plus facile de traverser la Méditerranée dans une embarcation de fortune (14 km entre l’Espagne et le Maroc et les enclaves espagnoles en Afrique !) que l’océan atlantique !
Ils jouent un peu le jeu en récupérant des réfugiés triés sur le volet (encore que parfois ce soit plus compliqué, comme avec le cas des réfugiés syriens sous Trump). Ils peuvent se le permettre avec un territoire immense et une faible densité de population (France : 68ème pays à la plus forte densité de population, Etats-Unis 144ème !). Les Etats européens, au contraire, avec une plus forte densité de population, ne peuvent isoler facilement les populations accueillies.
Le mythe de la France « terre d’accueil », « terre d’immigration » a été constitué seulement très récemment, puisque même en 1946, la Constitution réservait concrètement le droit d’asile aux héros de la liberté, des hommes semblables au Général de Gaulle dirigeant la résistance depuis Londres ! Jusqu’alors, aucun texte constitutionnel n’avait prévu le droit d’asile, ce qui met bien en évidence le fait que ce n’est pas un élément de notre identité politique républicaine profonde.
Un tel discours propagé par des médias et des politiques fait de la France une annexe des Etats-Unis, en lui attribuant une caractéristique propre à ce pays, qui, effectivement, s’est constitué à partir d’une immigration récente au niveau de l’histoire de l’humanité et non d’un peuplement progressif, continu, inscrit dans une très longue histoire.
Or, les Etats-Unis font désormais partie des Etats qui contrôlent le plus leur immigration, depuis longtemps !
Une permutation entre les caractéristiques des Etats européens et celles des Etats-Unis s’est opérée notamment à cause de discours de militants politiques pratiquant la préférence étrangère, au détriment des premiers et au bénéfice des seconds. Des élites qui profitent de ce système contribuent à propager ce discours fallacieux.
Force est d’observer que ça marche bien, puisque même dans les campagnes profondes, où les patriotes ont généralement fait de bons scores aux élections, la population se mobilise pour accueillir des migrants.
Ainsi à Argenton-sur-Creuse, mais on prend bien le soin de nous indiquer que les migrants pris en charge sont des « catholiques pratiquants ». Tiens donc… y aurait-il des réticences à accueillir des musulmans ?
http://www.lanouvellerepublique.fr/Toute-zone/Actualite/Economie-social/n/Contenus/Articles/2017/06/25/Mobilises-pour-aider-les-refugies-syriens-3146242

Commentaires