Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Collision de galaxies *

Maurice AGULHON, De Gaulle, histoire, symbole, mythe, Paris, Plon, 2000

Collision de galaxies

Agulhon explique qu’il est un homme de gauche à titre privé et qu’il n’avait aucune fascination particulière pour lui.
Son livre est cependant un vibrant hommage qui montre qu’il fédère encore au-delà des clivages.
Il explique bien notamment la crainte qu’avait la gauche à l’époque, d’une dérive fasciste, lors de sa prise de pouvoir. Cela m’a fait penser aux obstacles qu’a rencontrée la candidature de Marine le Pen.
C’est le souvenir de son combat contre le nazisme qui a permis de surmonter cet obstacle. Or, je crois que le combat de Marine le Pen contre ce qu’elle appelle le « fondamentalisme islamique » est tout aussi noble.
Les gaullistes historiques sont-ils vraiment divisés à son sujet ? En toutes occurrences, il est impossible de s’en tenir à l’avis d’anciens déportés ou du fils de Gaulle, car ce ne sont pas des spécialistes de l’histoire mais des victimes traumatisées, s’agissant des premières, et quant au second, il n’est que l’héritier biologique de la personne privée et non de l’homme public. Le ralliement de Marie-France Garaud a beaucoup plus de sens à cet égard !
L’histoire ne se répète pas, mais elle bégaie souvent ; c’est dans la différence, le « mutatis mutandis » que réside la clé des analyses politiques. La simplification outrancière ne mène à rien.
Qui, cependant, pourra nier la catastrophe politique actuelle et celle à venir, encore pire, et le besoin d’un sauveur qui ne pourra que s’inscrire dans la rupture, et non la continuité avec les pratiques actuelles de bon nombre d’Hommes politiques au pouvoir ? Une rupture dans la continuité, en revanche, des institutions républicaines et des principes républicains, qui ne sont en rien entachés par ces dérives. En effet, la bave du crapaud n’atteint pas la blanche colombe.
Les citations de De Gaulle à propos des Gaulois et de Vercingétorix lui vaudraient sans doute aujourd’hui une exclusion de tous les partis politiques, FN compris peut-être. Il n’avait en effet aucun complexe à utiliser le mot « race » dans ce domaine, sans être racialiste pour autant.
http://www.persee.fr/doc/dha_0755-7256_1984_num_10_1_1629
Le livre d’Agulhon explique bien aussi la synthèse opérée entre la France chrétienne et la France laïque, qu’il aimait moins, le fait qu’il refusait en réalité de trancher à ce propos. Même le lieu de son enterrement, comme l’explique bien l’historien, a un rapport avec cette dualité qu’il acceptait au lieu de rejeter l’une ou l’autre.
La France a-t-elle 1500 ans ou 2000 ans ? Les explications données dans ce petit livre à ce sujet sont tout aussi passionnantes.
Agulhon n’évoque cependant jamais le rapport de De Gaulle avec l’islam.
Il dit que De Gaulle évitait d’être nationaliste par une ouverture sur le monde. Cela ne m’a cependant pas semblé assez pertinent, ni rigoureux. L’un n’empêche pas l’autre, en effet.
Finalement, le plus gros défaut de ce livre est d’être ainsi un livre du XXème siècle. Il a été écrit en 2000, mais aborder ce thème sans envisager l’islam et ses prolongements politiques hautement problématiques, c’est ne pas avoir franchi le seuil du XXIème siècle.

Maurice AGULHON, De Gaulle, histoire, symbole, mythe, Paris, Plon, 2000

Commentaires