Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
Collision de galaxies *

Pourquoi faudrait-il assurer la visibilité des personnes LGBT dans la rue ???

Collision de galaxies
Pourquoi faudrait-il assurer la visibilité des personnes LGBT dans la rue ???

http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2016/07/02/01016-20160702ARTFIG00023-apres-orlando-venir-a-la-marche-des-fiertes-est-un-acte-de-resistance.php

Certains homos, comme moi, ne se sentent pas représentés par les collectifs LGBT, dont l'action maladroite dessert la cause homosexuelle.

A vrai dire, il n'y a pas de communauté homosexuelle, simplement des individus ici ou là qui ont telle orientation sexuelle et rien de plus en commun. En quoi le fait d'être en couple avec une personne du même sexe créerait-il une appartenance à une communauté ? Une communauté se caractérise par la volonté de former un ensemble ; or, les homos comme les hétéros ont des aspirations différentes, des convictions variées, qui ont beaucoup plus d'importance que le simple fait d'être amoureux de telle ou telle personne.

Dès lors, il convient de relever que :

1) opposer ainsi des communautés dessert la cause des homosexuels puisqu'elle renforce leur marginalité. Les collectifs LGBT tendent ainsi à opposer les homos et les hétéros comme des fractions du corps social, au détriment de ce qui les rassemble. Cette opposition renforce le sentiment homophobe dans la mesure où elle s'accompagne de l'expression d'un sentiment de "fierté" mal placé (la gay pride, "marche des fiertés", alors qu'il n'y a pas lieu d'être fier d'une orientation sentimentale et sexuelle quelle qu'elle soit...).

2) cette logique communautariste conduit à fausser la présentation de certains problèmes. L'attaque d'Orlando est liée à une homophobie, certes, mais une homophobie violente inhérente à l'islamisme. J'aurais préféré, par conséquent, que ce soit ce dernier qui soit pointé du doigt.

3) le rêve pour un couple homo normalement constitué, c'est non pas d'être visible dans la rue, mais d'être invisible, pouvoir se comporter comme n'importe quel couple sans subir regards agressifs, remarques, hostilité, sans se sentir plus menacé qu'un autre couple non plus. Pouvoir aller au restaurant le 14 février sans se sentir coupable de violer quelque norme religieuse. Toute chose qui consolide un couple, le fortifie, lui permet de durer, parce qu'aimer n'est pas criminel. Or, selon un point de vue courant, les homos seraient des gens hauts en couleurs, pour ne pas dire folasses, donc qu'on ne doit pas prendre au sérieux... Les manifestations colorées ne font que renforcer ce préjugé de "cage aux folles" dont nous nous débarrasserions bien.

Je ne veux pas donner l'impression de cracher dans la soupe. Sans les associations LGBT, nous n'aurions sans doute pas obtenu le droit au mariage (c'est la moindre des choses, tout le reste, adoption, GPA, etc. peut être remis en cause, sujet à débat, mais le mariage ne fait de mal à personne tant les arguments de "la famille", "la tradition", ou que sais-je encore ne caractérisent pas des intérêts légitimes à protéger mais sont le déguisement de l'homophobie ou de l'intolérance).

Leur action a aussi conduit, je pense, à aider à lutter contre l'homophobie, par une dénonciation de l'exclusion sociale des homos. Il est devenu possible d'assumer son homosexualité sans avoir le sentiment d'être dans l'illégalité, ce qui est une avancée importante. On ne peut nier qu'il n'a jamais été aussi facile de l'assumer qu'à notre époque.

Cependant, le mieux est l'ennemi du bien.

> donc, plutôt qu'une marche des fiertés, j'aurais préféré une marche de la tolérance, voire de la fraternité, cet élément de la devise républicaine auquel on ne se réfère jamais assez ;

> le blanc plutôt que le multicolore serait plus adapté aussi, car la blancheur évoque la pureté, l'absence de préjugé, la paix, la coexistence pacifique, la sérénité... le multicolore est agressif et provocant. Le blanc, comme le noir, sont des couleurs discrètes ; la visibilité dans la rue, avoir l'impression d'être une bête de foire, bien peu pour moi (et pour d'autres);

> la récupération politique de la défense des droits des homosexuels n'a aucune légitimité : seuls les droits constitutionnels d'une minorité doivent être défendus, puisqu'en démocratie, le risque est toujours que la majorité ne respecte pas les droits fondamentaux des minoritaires. C'est la seule chose qu'on est en droit de faire valoir dans le domaine politique.

Commentaires